Une conférence autour d’anciens étudiants LGBTQ+ à San Diego State University

29-11-2019
La traditionnelle Homecoming Week à San Diego State University avait lieu du 4 au 8 novembre. Durant une semaine furent célébré·es les ancien·nes étudiant·es et membres de l’université: plus que jamais, le rouge et le noir - couleurs officielles de l’université - étaient sur toutes les épaules. Mais cette semaine de festivités fut surtout un moment de réaffirmation des valeurs et de la politique inclusive de l’université. Ainsi, plusieurs centaines d’étudiant·es se sont pressé·es pour assister à la conférence “OneSDSU: Aztecs Past, Present, and Future” le 5 novembre. 

Le 5 novembre, Edward J. SanFilippo et Malaya Mañacop, tou·tes deux juste diplômé.e.s de SDSU, ont partagé leurs expériences en tant que personnes LGBTQ+ sur le campus.

San Diego State, soutien sans faille de tou.te.s ses étudiant.e.s

Edward J. SanFilippo a été la première personne engagée par le gouvernement fédéral pour travailler à la sensibilisation sur le transgendérisme. Ainsi, il a participé aux discussions sur l’ajout de l’identité transgenre dans les sondages fédéraux et ces travaux ont été présentés à des représentant·es de la Maison Blanche. Lorsqu’il était étudiant à SDSU, il a lutté pour une meilleure inclusion des étudiant·es transgenres par l’université. La conférence fut d’ailleurs l’occasion pour lui de souligner le caractère inclusif de San Diego State et de relever les nombreux efforts faits chaque année pour que chacun·e se sente accepté·e sur le campus pour ce qu’il est, ce qui, de son point de vue, ne fut pas toujours le cas et qui ne l’est pas encore dans la plupart des universités américaines.

Des étudiant.e.s LGBTQ+ leaders sur le campus

Malaya Mañaco l’a rejoint sur ce point et a rappelé à l’assistance que ses camarades et elle furent à l’origine de la création du Pride Center quelques années auparavant. Aujourd’hui coordinatrice dans un centre Callen-Lorde à New York, elle se charge de programmes pour la santé des adolescents, et travaille notamment dans la lutte contre le SIDA. Malaya a aussi insisté sur l’importance de SDSU dans son processus d’acceptation identitaire et a rappelé que l’université donne à tou·tes la possibilité d’être les leaders d’aujourd’hui et de demain. La suite de la conférence a pris la forme d’une table ronde avec des étudiant·es LGBTQ+ qui ont exposé leurs rôles dans de nombreuses associations et organisations universitaires. 

Un tonnerre d’applaudissement a conclu cette conférence. SDSU, élue Meilleure Université pour les étudiant·es LGBTQ+, entend rester fidèle à sa réputation en portant haut les valeurs d’inclusivité et d’empowerment.