POUR UN CINÉMA ACCESSIBLE : VERS UN FESTIVAL MOBILE POUR TOUS LES PUBLICS ?

Et si un festival venait à son public plutôt que l’inverse ?

C’est ce qu’a pensé l’équipe du Centre d’extension de l’Université Catholique de Santiago (PUC). Ce site est une plateforme de diffusion ouverte à tous dans les domaines du cinéma, du théâtre infantile et des arts visuels.

La Faculté de communication incite ses étudiants à se rendre au Festival International de Cinéma de Valdivia (FIC) dans le sud du Chili mais ne leur propose aucun accompagnement spécifique pour ce faire, notamment un soutien économique. Or, voyager au Chili est extrêmement onéreux. C’est pourquoi, Felipe Blanco, le programmateur de Cine UC, la salle de cinéma du Centre d’Extension qui concentre l’offre artistique et culturelle de la PUC, a pris l’initiative de reprogrammer une partie de la sélection du festival au sein même de l’Université, afin que tous puissent profiter des films phares de l’édition précédente et s’informer de la sélection de la suivante. La vice-rectrice de la Faculté de Communication, Paulina Gomez, souligne l’importance de pouvoir apporter cette expérience australe à Santiago : « Pendant une semaine, Valdivia devient la capitale du cinéma, et c’est un privilège auquel peu de personnes peuvent accéder. Le partenariat que nous réalisons avec le festival confirme notre engagement comme institution éducative œuvrant à la diffusion culturelle ».

Le festival a été fondé en 1994 et il est toujours organisé par l’Université Australe du Chili. Produit par le Centre Culturel de Promotion Cinématographique de Valdivia (CPCV), il a lieu chaque année durant le mois d’octobre.

Le FIC propose une programmation chilienne et internationale en six catégories : long-métrage international, long-métrage chilien, long-métrage juvénile international, court-métrage latino-américain, court-métrage latino-américain infantile et cinéma chilien du futur. Sa sélection hors-compétition inclut des rétrospectives historiques, des cinéastes contemporains, autour d’un cinéma politique, avant-gardiste, de genre et une section pour les enfants et la famille.

Depuis la fin des années 2000, le festival met en avant un cinéma dit d’auteur reconnu sur la scène internationale du cinéma indépendant contemporain. Il s’est donné pour mission de faire de Valdivia une plateforme pour l’industrie cinématographique locale et mondiale.

« Il ne s’agit pas seulement de voir des films, c’est toute une communauté qui se rejoint dans cette petite ville. Je crois que les étudiants se nourrissent de ces histoires permises par une telle collaboration  », explique Andréa Chignoli, célèbre monteuse chilienne. Le FIC est un véritable espace de rencontre pour l’industrie, les auteurs locaux et étrangers, et pour tout type de public, des plus cinéphiles aux amateurs curieux de découvrir une nouvelle approche cinématographique.

La sélection de Valdivia est très audacieuse. Il y a des visions très originales, d’autres façons de raconter des histoires

Andrea Chignoli, cheffe monteuse

Cette année, c’est le film So Pretty de Jessie Jeffrey Dunn Rovinelli qui a remporté la 26ème édition du FIC. Entre fiction et documentaire, le film retrace l’histoire d’une communauté transgenre, queer et polyamoureuse de New York, qui s’adonne à l’amour libre et se dédie à la lutte pour l’éradication de la division binaire du genre des êtres humains. La réalisatrice est également actrice, monteuse, critique de cinéma et surtout activiste transgenre. Elle est connue pour son documentaire polémique Empathy (2016) qui suit le quotidien d’une escort girl étatsunienne, addict à l’héroïne, et qui fut récompensé au FIDMarseille.

So Pretty

Felipe Blanco insiste sur l’importance d’ouvrir ce type de cinéma à tous, et surtout à ses étudiants (il est lui-même professeur de langage audiovisuel, de critique audiovisuelle et de genres de fiction dans la formation à la Direction audiovisuelle à la PUC) : « Nous pensons qu’il est essentiel qu’un étudiant en cinéma puisse s’imprégner des façons différentes de manier le langage cinématographique. Malheureusement, nous constatons aussi qu’il y a une tranche du public cinéphile qui n’a pas accès à ces films. Il est donc important qu’une partie de ces contenus, en particulier ceux récompensés, puisse être répliquée à Santiago pour le public qui n’a pas les moyens de se rendre à ce festival ».

 

Pour en savoir plus sur le FICValdivia et son alliance avec l’Université Catholique de Santiago, regardez ici l’interview de Felipe Blanco et d’Andréa Chignoli.